samedi 16 août 2008

Balzac-La peau de chagrin [Livraphone]



Honoré de Balzac
La peau de chagrin

Interprété par Jacques Roland

Durée : 9h30mn

Format : MP3 | 128 Kbps


507,3 Mo | RAR (5X97,7 + 19,1)
Liens: --> Dossier RS




Dans La Peau de chagrin, un de ses premiers romans à coloration fantastique, Balzac nous dévoile le mythe sans doute le plus central dans La Comédie humaine, celui du désir destructeur.
Balzac apparaît comme un merveilleux narrateur. Il sait émouvoir le lecteur et le passionner par cette histoire extraordinaire et ses multiples péripéties.Combinant le réel et l’imaginaire, il ménage jusqu’à la fin l’intérêt et la curiosité du lecteur, dans ce premier volet des Études Philosophiques.


Maintenant on sait qui est l'ancêtre du nez de Depardieu

jeudi 14 août 2008

Stéphane Audran

Stéphane Audran,

de son vrai nom Colette Suzanne Jeannine Dacheville, est une actrice française, née le 8 novembre 1932 à Versailles
Elle a été mariée, en premières noces, avec l'acteur Jean-Louis Trintignant puis, en secondes noces, de 1964 à 1970, avec le réalisateur Claude Chabrol, dont elle a eu un fils, Thomas Chabrol.
Après avoir pris des cours de théâtre, Stéphane Audran fait sa première apparition au cinéma en 1957 dans Le Jeu de la nuit de Daniel Costelle, où elle joue aux côtés de Maurice Pialat. Elle tient ensuite un petit rôle non crédité devant la caméra de Jacques Becker pour Montparnasse 19. Son charme acidulé séduit tout de suite Claude Chabrol, qui la fait tourner dès 1959 dans Les Cousins, film du tout début de la nouvelle vague où il porte déjà un regard féroce sur la province et sa petite bourgeoisie. Cette rencontre décisive amène l'actrice à entamer une longue collaboration avec ce réalisateur qu'elle finira par épouser en 1964 après s'être séparée de Jean-Louis Trintignant.



Tour à tour vendeuse rêveuse dans Les Bonnes Femmes (1960), maîtresse du tueur Landru (1962), bourgeoise fortunée et lesbienne dans Les Biches (1968), épouse adultère dans La Femme infidèle (1968) et Les Noces rouges (1973), ou encore institutrice amoureuse du Boucher (1969), elle cultive son apparence de femme de tête à la beauté froide et aristocratique. Ces rôles de séductrices au coeur dur plaisent beaucoup à Luis Buñuel qui la fait jouer dans Le Charme discret de la bourgeoisie. En 1979, elle remporte le César du meilleur second rôle pour sa composition dans Violette Noziere où elle joue aux côtés d'Isabelle Huppert qui fait ici sa première incursion chez Chabrol.


Stéphane Audran a toujours su choisir ses rôles avec clairvoyance, mais autant sa beauté était idéalement exploitée dans l'univers chabrolien, autant elle est sous-employée chez des cinéastes comme Samuel Fuller (dans Au-dela de la gloire et Les Voleurs de la nuit) ou Claude Sautet (dans Vincent, Francois, Paul et les autres). Dès la rupture avec Chabrol en 1980, elle change totalement son type de rôles au cinéma.


Désormais elle joue les personnages déplaisants et vulgaires (Coup de torchon, Mortelle randonnée), excellente dans le registre odieux. Le Festin de Babette, où elle campe avec tendresse le rôle-titre, ravive son souvenir au public. En 1999, elle joue une nouvelle fois avec Deneuve dans Belle Maman de Gabriel Aghion, puis deux ans plus tard dans J'ai faim !!! de Florence Quentin. Cette orientation vers la comédie la cantonne quelque peu dans des rôles secondaires.


Filmographie:

Les titres précédés de la date sont ceux que j'ai déjà. Alors SVP si jamais......

  • La Fille de Monaco (2008), de Anne Fontaine
  • Ma femme... s'appelle Maurice (2002), de Jean-Marie Poiré
  • J'ai faim !!! (2001), de Florence Quentin
  • La Bicyclette bleue (2000)
  • 2000-Le Pique-nique de Lulu Kreutz (2000), de Didier Martiny
  • Belle Maman (1999), de Gabriel Aghion
  • Madeline (1999), de Daisy Von Scherler Mayer
  • Arlette (1997), de Claude Zidi
  • Risque maximum (1997), de Ringo Lam
  • Le Fils de Gascogne (1996), de Pascal Aubier
  • Au petit Marguery (1995), de Laurent Bénégui
  • The Turn of the Screw (1994), de Rusty Lemorande
  • 1992-Betty (1992), de Claude Chabrol
  • L'Evanouie (1992), de Jacqueline Veuve
  • Jours tranquilles à Clichy (1990), de Claude Chabrol
  • 1990-La Messe en si mineur (1990), de Jean-Louis Guillermou
  • Sons (1989), de Alexandre Rockwell
  • Les Prédateurs de la nuit (1988), de Jesus Franco
  • Corps z'a corps (1988), de André Halimi
  • 1988-Les Saisons du plaisir (1988), de Jean-Pierre Mocky
  • Le Festin de Babette (1987), de Gabriel Axel
  • Suivez mon regard (1986), de Jean Curtelin
  • 1986-La Gitane (1986), de Philippe de Broca
  • La Cage aux folles III (1985), de Georges Lautner
  • 1985-Poulet au vinaigre (1985), de Claude Chabrol
  • Night magic (1985), de Lewis Furey
  • Le Sang des autres (1984), de Claude Chabrol
  • 1983-Mortelle randonnée (1983), de Claude Miller
  • La Scarlatine (1983), de Gabriel Aghion
  • Les Voleurs de la nuit (1983), de Samuel Fuller
  • 1982-Paradis pour tous (1982), de Alain Jessua
  • Le Choc (1982), de Robin Davis
  • Boulevard des assassins (1982), de Boramy Tioulong
  • 1981-Coup de torchon (1981), de Bertrand Tavernier
  • La Cage aux folles II (1980), de Edouard Molinaro
  • Le Coeur à l'envers (1980)
  • Au-delà de la gloire (1980), de Samuel Fuller


  • Le Soleil en face (1980), de Pierre Kast
  • Le Gagnant (1979), de Christian Gion
  • Eagle's Wing (1979), de Anthony Harvey
  • 1978-Violette Nozière (1978), de Claude Chabrol
  • Les Liens de Sang (1978), de Claude Chabrol
  • 1977-Mort d'un pourri (1977), de Georges Lautner
  • Banco à Las Vegas (1977), de Ivan Passer
  • 1976-Dix petits nègres (1976), de Peter Collinson
  • Folies bourgeoises (1976), de Claude Chabrol
  • 1974-Vincent, François, Paul et les autres (1974), de Claude Sautet
  • Les noces rouges (1973), de Claude Chabrol
  • 1973-Comment réussir quand on est con et pleurnichard (1973), de Michel Audiard
  • 1972-Le Charme discret de la bourgeoisie (1972), de Luis Buñuel
  • The Other Side of the Wind (1972), de Orson Welles
  • Un Meurtre est un meurtre (1972), de Etienne Périer
  • 1971-Juste avant la nuit (1971), de Claude Chabrol
  • Aussi loin que l'amour (1971), de Frédéric Rossif
  • Sans mobile apparent (1971), de Philippe Labro
  • 1970-La Rupture (1970), de Claude Chabrol
  • La Peau de Torpédo (1970), de Jean Delannoy
  • 1970-Le Boucher (1970), de Claude Chabrol
  • 1969-La Femme infidèle (1969), de Claude Chabrol
  • 1968-Les Biches (1968), de Claude Chabrol
  • Le Scandale (1967), de Claude Chabrol
  • 1966-La Ligne de démarcation (1966), de Claude Chabrol
  • Marie-Chantal contre le docteur Kha (1965), de Claude Chabrol
  • 1965-Paris vu par... (1965), de Jean-Luc Godard
  • Le Tigre aime la chair fraîche (1964), de Claude Chabrol
  • Les Durs à cuire (1964), de Jacques Pinoteau
  • 1963-Landru (1963), de Claude Chabrol
  • L'oeil du malin (1962), de Claude Chabrol
  • Le Signe du lion (1962), de Eric Rohmer
  • 1961-Les Godelureaux (1961), de Claude Chabrol
  • 1960-Les Bonnes femmes (1960), de Claude Chabrol
  • Présentation ou Charlotte et son steak (1960), de Eric Rohmer
  • 1959-Les Cousins (1959), de Claude Chabrol
  • 1958-Montparnasse 19 (1958), de Jacques Becker
  • Le Jeu de la nuit (1957), de Daniel Costelle


Cubitus




Tomes 1 à 5

01-Du meilleur tonneau

02-Illustre ses ancêtres

03-Un Oscar pour Cubitus

04-La corrida des hippopotames casqués

05-Pour les intimes







Tomes 6 à 10

06-Heureux qui, comme Cubitus

07-Raconte-moi, Cubitus

08-Tu le fais exprès, ou quoi ?

09-L'ami ne fait pas le moine

10-Et la boîte qui parle








Tomes 11 à 15

11-Chien sans souci

12-Tu nous fais marcher

13-Chien fidèle

14-Pas de salades

15-Est-ce bien sérieux !







Tomes 16 à 20

16-Alerte au pédalosaure

17-Quand tu nous tiens

18-Tout en caressant Cubitus

19-Remets-nous ça

20-Toujours avec deux sucres











Tomes 21 à 25

21-L'esprit égaré

22-Les enquêtes de l'inspecteur Cubitus

23-Donne la belle papatte

24-Tout ça, c'est des histoires

25-Chien sans accroc






Tomes 26 à 30

26-Se met au vert

27-Chat, ch'est du chien !

28-Copain toutes catégories

29-Fait toujours le beau

30-Au poil près








Tomes 31 à 35

31-Et les cumulus de Romulus

32-Mon chien quotidien

33-Un bouquet garni pour Cubitus

34-Chien indispensable

35-L'héritage du pastaga







Tomes 36 à 39

36-Ne mord jamais

37-Si tous les gags du monde...

38-Ca n'arrive qu'à toi...

39-Tu te la coules douce...










mercredi 13 août 2008

Brel-Comme quand on était beau


Jacques Brel
Comme quand on était beau
(Coffret de 3 DVD)

Ce coffret de 3 DVD réunit plus de 7h15 de musique de 1958 à 1973 ainsi que 4 titres enregistrés en 1977 lors des séances de l’album 'Les Marquises' et des images choisies pour leur qualité artistique, leur charge émotionnelle et leur caractère exceptionnel : Chansons filmées sur les plateaux de télévisions européennes, raretés, inédits, interviews, reportages... Un minutieux travail de restauration a été réalisé sur l’image et le son grâce aux dernières techniques numériques permettant de redécouvrir cet extraordinaire répertoire dans des conditions optimales. Au programme:

DVD 1 (2hres 33min)

La valse à mille temps | La cathédrale (inédit) | Les prénoms de Paris | Les paumés du petit matin | Rosa 1962 | La dame patronnesse | Madeleine 1962 | Les bourgeois | L’ivrogne | Le moribond | Les flamandes | Ne me quitte pas 1962 | La valse à mille temps | Quand maman reviendra | Les vieux 1963 | Mathilde 1964 | Les bonbons 1964 | Mon enfance | Hé ! m’man (inédit) | Le plat pays 1966 | Madeleine 1966 | La chanson de Jacky Discorama 1966 | Ces gens-là Discorama 1966 | La bière | Jojo (version inédite) | Fils de... | Regarde bien, petit | L’éclusier | Je suis un soir d’été | Vesoul | La quête | Le petit chemin (version inédite) | L’enfance











Generic MPEG-4 | 640x480 pixels | AC3 48,000 Khz
1,22 Go | RAR (12X97,7 Mo + 77,3)


DVD 2 (2hres 23min)

Quand on n’a que l’amour 1958 | Il pleut | Seul | On n’oublie rien | Je ne sais pas | Marieke | L’ivrogne | Les paumés du petit matin | Le plat pays 1962 | Rosa scopitone 1962 | Bruxelles | La statue | La fanette | Le pendu (inédit) | Les fenêtres | La toison d’or (inédit) | J’aimais | Le dernier repas | Au suivant | Le tango funèbre | Madeleine TSR 1962 | Fugue | Le cheval | Les vieux 1966 | La chanson de Jacky 1966 | Ne me quitte pas 1966 | Amsterdam | Mon enfance | Mathilde 1966 | Ces gens-là Palmarès des chansons 1966 | Jef 1966 | Les bonbons 67 | L’homme de la Mancha | Vesoul | Avec élégance (inédit)












Generic MPEG-4 | 640x480 pixels | AC3 48,000 Khz
1,13 Go | RAR (11X97,7 Mo + 86,1)


DVD 3 (2hres 25min)

Ne me quitte pas 1959 | Les flamandes | L’ivrogne | Au printemps | Sur la place | Ne me quitte pas 1961 |La valse à mille temps | Les singes | Quand on n’a que l’amour 1961 | Le moribond | Les toros | Jef 1964 | Mathilde Discorama 1964 | La fanette | Les vieux 1965 | Les bonbons 1965 | Les bigotes | Le plat pays 1965 | Madeleine 1965 | Place de la Contrescarpe (inédit) | Ces gens-là 1966 | Mai 40 (inédit) | Adieu aux foules : Jacques Brel & Michel Jazy | Buvons un coup* (inédit) | Les porteurs de rapières* (inédit) | Mourir pour mourir* (inédit) *chansons tirées du film Mon oncle Benjamin | L’amour est mort (inédit) | Pierre et le loup (conte musical, récitant : Jacques Brel)











Generic MPEG-4 | 640x480 pixels | AC3 48,000 Khz
1,16 Go | RAR (12X97,7 Mo + 14,1)




Liens: --> Dossier RS


lundi 11 août 2008

La télévision

La télévision ne fait que nous montrer notre impuissance.

Les dégâts, elle vous montre:
-Comment on les a faits
-Ce qu'ils ont fait
-Ce que l'on ne peut faire (pas de pas)
------------- (Les belges transposent savoir et pouvoir-intéressant) --------------
Remarquez les ont et on;
l'un marque le pluriel, l'autre l'ensemble; la minorité l'emporte sur l'ensemble surtout si elle est issue du majoritaire; d'où notre asservissement et désagréable sensation de lâcheté et d'impuissance.

C'est pas parce qu'on sait qu'on peut
C'est pas parce qu'on s'lave pas qu'on pu
C'est pas parce qu'on s'lave qu'on pu pas.

Des cons, des culs et des slaves, concuslaves, conclaves et autres serfs de l'illusion que l'homme est social.
S'il était il serait socialiste. Pas démocrate, social démocrate, communiste, capitaliste et tout ses dérivés despotiques.
C'est pas le pouvoir qui corrompt c'est l'homme qui corrompt les pouvoir par son ignorance et son refus du savoir, de voir la réalité de son gâchis.

Ils ont raison, ces penseurs à la sortie de la seconde der de der. Le mal absolu existe et l'homme en est l'incarnation.
Le besoin de religion pour penser, croire qu'un être bon, au moins un, soit le créateur de l'homme.
Donc, sophisme, le bon engendre le mal et le mal permet de distinguer la possibilité d'un bon, d'en rêver, de l'imaginer, de l'inventer par le langage, la création d'un monde, réaliste ou symboliste. Zola et Baudelaire, même discours celui de l'espoir humain absent, ailleurs. Absent en grande partie chez Zola. Sujet de dissertation, tiens en passant-Montrez en quoi l'espoir n'est que chimère dans Thérèse Raquin de Zola. Ou encore ailleurs dans Les Paradis Artificiels; Expliquez comment et par quel procédé Baudelaire place l'espoir dans un autre réalité, celle de l'esprit, ou comment la symbolise-t-il?

Sur ce je retourne à mes lectures

En cours de:
Joyce, depuis un an -qui a lu Finnegans Wake ici
VLB, Joyce le Québec et les mots
Tout Alice de Carroll et relecture lente de Gargantua
Au chevet: Dumas et Darwin
De passage, donc lu. Chagrin d'école de Pennac- j'ai apprécié, beau rendu (souvenez-vous de ce mot RENDU quand vous lirez Pennac.

Hourrah pour la pluie et vive les cancres