samedi 17 novembre 2007

Alexandre le bienheureux [Liens morts]

Alexandre le bienheureux
1967 - 1hre 40min

▪ Réalisateur : Yves Robert
▪ Scénario : Yves Robert, Pierre Lévy-Corti, d'après une nouvelle de Yves Robert
▪ Dialogues : Yves Robert
▪ Musique : Vladimir Cosma

Distribution:

Philippe Noiret : Alexandre Gartempe
▪ Françoise Brion : la Grande
Marlène Jobert : Agathe Bordeaux
▪ Paul Le Person : Sanguin
▪ Jean Carmet : la Fringale
▪ Tsilla Chelton : Mme Bouillot
Pierre Richard : Colibert
▪ Marc Dudicourt : M. Tondeur
▪ Madeleine Damien : Madame Boisseau
▪ Léonce Corne : Lamendin
▪ Antoinette Moya : Angèle Sanguin
▪ Pierre Maguelon : Verglandier
▪ Jean Saudray : Pinton
▪ Pierre Bellemare : Lui-même

Alexandre est un gentil cultivateur, bien charpenté, qui arpente et travaille ses terres franciliennes du matin au soir… Des hectares, du bétail, une ferme (la plus imposante du pays), qui sont la propriété de la grande : une femme belle et autoritaire qui a épousé le tendre colosse dans l'espoir de le voir abattre le travail de dix employés. Bref : la grande souffle le chaud et le froid : tout le village sait qu'elle porte la culotte et se moque de son mollasson de mari. Mais le bonhomme est un rêveur, lymphatique, doux, presque sans volonté : il obéit aux ordres, malgré son penchant naturel pour la sieste. Mais peu à peu, il se rebiffe contre les tyrannies quotidiennes de sa femme et mets sa philosophie de côté pour s'engager dans le rapport de force conjugal classique. Or un matin, la grande, toujours pressée, se tue en voiture. La vie d'Alexandre bascule : il est veuf, propriétaire, très riche et surtout entièrement libre. Il entreprend alors une très longue grève horizontale sous sa couette et transforme son village en tribune philosophique sur la noblesse ou l'ignominie du labeur…








vendredi 16 novembre 2007

Coleman Hawkins

Coleman Hawkins
(1904-1969)

Coleman Randolph Hawkins, surnommé "faucon" et parfois "haricot", naît le 21 novembre 1904 à Saint Joseph dans le Missouri. Il commence par jouer du piano et du violon, mais dés l'age de douze ans, il se met au saxophone tenor qu'on lui offre pour son anniversaire. On le voit alors en public dés l'age de 12 ans et il apprend la composition et l’harmonie à l’université de Washburn à Topeka. C'est en 1922 que sa carrière démarre vraiment lorsqu'il rejoint la chanteuse de Blues Mamie Smith au sein de ses "Jazz Hounds". Il commence à être vraiment reconnu lorsqu'il est engagé dans l'orchestre de Fletcher Henderson, au sein duquel il devient rapidement la vedette principale. Coleman Hawkins s'impose alors comme la star du tenor. Il y reste jusqu'en 1934, date à laquelle il decide de tenter sa chance en europe (France, Angleterre, Hollande et Suisse), où il aura une influence importante sur le développement du jazz européen. Il y rencontre notamment le guitariste Django Reinhardt et Jack Hylton. C'est sans doute pendant cette période que Coleman Hawkins apprend à développer de longues improvisations, encouragé par l'accueil triomphal que le public européen réserve à chacune de ses interventions. En 1939,alors que la seconde guerre mondiale se profile, Coleman Hawkins decide de rentrer aux usa, ou il y enregistre sa légendaire interprétation de Body and Soul. Pendant son absence, un autre saxophoniste ténor, Lester Young, a émergé sur le devant de la scène, avec son style original et sophistiqué. Dans les années 1940,il se mêle aux jeunes musiciens be-bop et le 16 février 1944, avec le trompettiste Dizzy Gillespie, le ténor Don Byas, le bassiste Oscar Pettiford et le batteur Max Roach, il fera une session qui entrera dans la légende comme le premier disque officiel du be-bop. Au début des années 50, il est relégué au second plan par Charlie parker,Lester young et Stan getz mais il connaît une véritable renaissance dans la seconde moitié de la décennie au sein d'un trés grand groupe, invité par Thelonious Monk, avec John Coltrane , Gigi Gryce , Ray Copeland , Wilbur Ware et Art Blakey. Le disque qui en résulte, "Monk's Music", est un must pour beaucoup de raisons et le ténor imposant et swinguant d'Hawkins évoluant sur les étranges thèmes de Monk comme "Well You Needn't", "Ruby My Dear" ou "Off Minor" y est fantastique. Dans les années 1960, il est l’une des vedettes des tournées Jazz at the Philarmonic et enregistre avec Sonny Rollins, Miles Davis, Fats Navarro, Max Roach et Milt Jackson. L'année 1965 voit Coleman Hawkins entrer en depression et il sombre alors dans l'alcoolisme avant de mourir le 19 mai 1969 d'une pneumonie à New York. Le premier grand saxophoniste ténor de l'histoire du jazz est un géant, un des rares musiciens qui, venu du hot au swing, a su se reconvertir au be-bop et s'insérer ensuite, en gardant sa voix propre, dans le courant de l'évolution du jazz et ceci sur près de 50 années.





Coleman Hawkins
Portrait
10 cd-box
mp3 @ 320 Kbps







--> CD1 - Heartbreak Blues
01. Hello, Lola (New York, November 14, 1929) (3:14)
02. One Hour (New York, November 14, 1929) (3:25)
03. Dismal Dan (New York, April 4, 1930) (3:07)
04. Poor Richard (New York, April 4, 1930) (3:03)
05. Down Georgia Way (New York, April 4, 1930) (3:30)
06. Georgia On My Mind (New York, June 30, 1931) (3:20)
07. I Can't Believe That You're In Love With Me (New York, June 30, 1931) (3:07)
08. The Darktown Strutter's Ball (New York, June 30, 1931) (3:28)
09. You Rascal, You (New York, June 30, 1931) (3:01)
10. The Day You Came Along (New York, September 29, 1933) (3:37)
11. Jamaica Shout (New York, September 29, 1933) (2:59)
12. Heartbreak Blues (New York, September 29, 1933) (3:28)
13. Happy Feet (New York, October 3, 1933) (2:49)
14. Rhythm Crazy (New York, October 3, 1933) (3:17)
15. Ol' Man River (New York, October 3, 1933) (3:07)
16. Minnie The Moocher's Wedding Day (New York, October 3, 1933) (3:06)
17. Ain't Cha Glad? (New York, October 3, 1933) (3:20)
18. I've Got To Sing a Torch Song (New York, October 3, 1933) (3:38)
19. It Sends Me (New York, March 8, 1934) (3:15)
20. I Ain't Got Nobody (New York, March 8, 1934) (3:16)


--> CD2 - What Harlem Is To Me
01. On The Sunny Side Of The Street (New York, March 8, 1934) (3:28)
02. Lullaby (London, November 18, 1934) (2:57)
03. Lady Be Good (London, November 18, 1934) (2:44)
04. Lost In A Fog (London, November 18, 1934) (3:05)
05. Honeysuckle Rose (London, November 18, 1934) (3:04)
06. Some Of These Days (The Hague, February 4, 1935) (2:32)
07. After You've Gone (The Hague, February 4, 1935) (2:36)
08. I Only Have Eyes For You (The Hague, February 4, 1935) (2:43)
09. I Wish I Were Twins (The Hague, February 4, 1935) (2:34)
10. Hands Across The Table (The Hague, February 4, 1935) (3:05)
11. Blue Moon (Paris, March 2, 1935) (3:13)
12. Avalon (Paris, March 2, 1935) (2:59)
13. What A Difference A Day Made (Paris, March 2, 1935) (3:18)
14. Stardust (Paris, March 2, 1935) (3:12)
15. Chicago (Casino Hamdorff, Laren, August 26, 1935) (3:02)
16. Meditation (Casino Hamdorff, Laren, August 26, 1935) (3:02)
17. What Harlem Is To Me (Casino Hamdorff, Laren, August 26, 1935) (2:43)
18. Netcha's Dream (Casino Hamdorff, Laren, August 26, 1935) (2:35)
19. Love Cries (Zurich, May 4, 1936) (3:06)
20. Sorrow (Zurich, May 4, 1936) (3:03)


--> CD3 - Lamentation
01. Tiger Rag (Zurich, May 4, 1936) (2:23)
02. It May Not Be True (Zurich, May 4, 1936) (3:11)
03. I Wanna Go Back To Harlem (Casino Hamdorff, Laren, April 27, 1937) (2:59)
04. Consolation (Casino Hamdorff, Laren, April 27, 1937) (3:03)
05. A Strange Fact (Casino Hamdorff, Laren, April 27, 1937) (2:36)
06. Original Dixieland One Step (Casino Hamdorff, Laren, April 27, 1937) (1:58)
07. Smiles (Casino Hamdorff, Laren, April 27, 1937) (3:00)
08. Something Is Gonna Give Me Away (Casino Hamdorff, Laren, April 27, 1937) (3:03)
09. Honeysuckle Rose (Paris, April 28, 1937) (2:45)
10. Crazy Rhythm (Paris, April 28, 1937) (3:00)
11. Out Of Nowhere (Paris, April 28, 1937) (3:17)
12. Sweet Georgia Brown (Paris, April 28, 1937) (3:00)
13. Lamentation (Hilversum, May 26, 1937) (2:58)
14. Devotion (Hilversum, May 26, 1937) (2:47)
15. Star Dust (Hilversum, August 18, 1937) (2:31)
16. Well, All Right Then (Hilversum, August 18, 1937) (2:29)
17. Blues Evermore (Hilversum, June 14, 1938) (2:45)
18. Dear Old Southland (Hilversum, June 14, 1938) (2:43)
19. 'Way Down Yonder In New Orleans (Hilversum, June 14, 1938) (2:54)


--> CD4 - Bouncing With Bean
01. I Know That You Know (Hilversum, June 14, 1938) (2:52)
02. When Buddah Smiles (Hilversum, June 14, 1938) (2:45)
03. Swinging In The Groove (Hilversum, June 14, 1938) (3:07)
04. The Darktown Strutter's Ball (London, May 26, 1939) (2:40)
05. My Melancholy Baby (London, May 26, 1939) (2:48)
06. Meet Doctor Foo (New York, October 11, 1939) (2:34)
07. Fine Dinner (New York, October 11, 1939) (2:34)
08. She's Funny That Way (New York, October 11, 1939) (3:16)
09. Body And Soul (New York, October 11, 1939) (3:01)
10. It's Tight Like That (New York, December 14, 1939) (2:38)
11. Easy Rider (New York, December 14, 1939) (3:19)
12. Scratch My Back (New York, December 14, 1939) (3:16)
13. Save It, Pretty Mama (New York, December 14, 1939) (3:01)
14. When Day Is Done (New York, January 3, 1940) (3:22)
15. The Sheik Of Araby (New York, January 3, 1940) (3:01)
16. My Blue Heaven (New York, January 3, 1940) (2:51)
17. Bouncing With Bean (New York, January 3, 1940) (3:07)
18. How Long, How Long Blues (New York, January 15, 1940) (3:14)
19. Shake It And Break It (New York, January 15, 1940) (2:57)
20. A Pretty Girl Is Like A Melody (New York, January 15, 1940) (2:49)


--> CD5 - Blues Changes
01. Pom Pom (New York, January 15, 1940) (3:11)
02. Dedication (New York, May 25, 1940) (2:52)
03. Passin' It Around (New York, August 9, 1940) (3:14)
04. Serenade To A Sleeping Beauty (New York, August 9, 1940) (3:05)
05. Rocky Comfort (New York, August 9, 1940) (3:11)
06. Forgive A Fool (New York, August 9, 1940) (2:56)
07. Esquire Bounce (New York, December 4, 1943) (3:14)
08. Boff Boff (Mop Mop) (New York, December 4, 1943) (3:09)
09. My Ideal (New York, December 4, 1943) (3:08)
10. Esquire Blues (New York, December 4, 1943) (3:16)
11. Voodte (New York, December 8, 1943) (3:07)
12. How Deep Is The Ocean (New York, December 8, 1943) (3:23)
13. Hawkins Barrel House (New York, December 8, 1943) (2:57)
14. Stumpy (New York, December 8, 1943) (3:20)
15. Lover Come Back To Me (New York, December 18, 1943) (3:05)
16. Blues Changes (New York, December 18, 1943) (4:13)
17. Crazy Rhythm (New York, December 23, 1943) (3:14)
18. Get Happy (New York, December 23, 1943) (3:23)
19. The Man I Love (New York, December 23, 1943) (5:05)


--> CD6 - Imagination
01. Sweet Lorraine (New York, December 23, 1943) (4:18)
02. I Only Have Eyes For You (New York, January 31, 1944) (3:09)
03. 'S Wonderful (New York, January 31, 1944) (2:38)
04. I'm In the Mood For Love (New York, January 31, 1944) (3:13)
05. Bean At the Met (New York, January 31, 1944) (3:00)
06. Woodyn' You (New York, February 16, 1944) (3:02)
07. Bu-Dee-Daht (New York, February 16, 1944) (3:15)
08. Yesterdays (New York, February 16, 1944) (2:58)
09. Ol' Man River (New York, May 1, 1944) (2:54)
10. Wrap Your Troubles In Dreams (New York, May 1, 1944) (2:43)
11. Flame Thrower (New York, February 17, 1944) (3:15)
12. Imagination (New York, February 17, 1944) (2:48)
13. Night And Day (New York, February 17, 1944) (3:20)
14. Cattin' At Keynote (New York, February 17, 1944) (2:41)
15. Disorder At the Border (New York, February 22, 1944) (2:59)
16. Feeling Zero (New York, February 22, 1944) (3:01)
17. Rainbow Mist (New York, February 22, 1944) (3:00)
18. Pick-Up Boys (New York, May 17, 1944) (3:04)
19. Porgy (New York, May 17, 1944) (3:04)


--> CD7 - Battle Of Saxes
01. On The Sunny Side Of The Street (New York, May 24, 1944) (4:43)
02. Three Little Words (New York, May 24, 1944) (4:45)
03. Battle Of The Saxes (New York, May 24, 1944) (4:36)
04. Louise (New York, May 24, 1944) (4:52)
05. Make Believe (New York, May 29, 1944) (4:43)
06. Don't Blame Me (New York, May 29, 1944) (4:51)
07. Just One Of Those Things (New York, May 29, 1944) (4:31)
08. Hallelujah (New York, May 29, 1944) (3:59)
09. Step On It (New York, July 27, 1944) (3:07)
10. Riding On 52nd Street (New York, July 27, 1944) (2:50)
11. Memories Of You (New York, July 27, 1944) (2:57)
12. Out To Lunch (New York, October 11, 1944) (2:53)
13. In The Hush Of The Night (New York, October 11, 1944) (2:56)
14. Look Out Jack! (New York, October 11, 1944) (2:45)
15. Every Man For Himself (New York, October 11, 1944) (2:51)
16. I'm Yours (New York, October 12, 1944) (3:27)
17. Under A Blanket Of Blue (New York, October 12, 1944) (3:08)
18. Beyond The Blue Horizon (New York, October 12, 1944) (2:53)


--> CD8 - On the Bean
01. A Shanty In Old Shanty Town (New York, October 12, 1944) (2:58)
02. My Man (New York, October 18, 1944) (3:13)
03. El Salon De Gutbucket (New York, October 18, 1944) (2:58)
04. Embraceable You (New York, October 18, 1944) (3:00)
05. Undecided (New York, October 18, 1944) (3:04)
06. Recollections (New York, October 19, 1944) (2:53)
07. Drifting On A Reed (New York, October 19, 1944) (3:02)
08. Flyin' Hawk (New York, October 19, 1944) (2:49)
09. On The Bean (New York, October 19, 1944) (2:41)
10. Sportsman's Hop (New York, January 11, 1945) (2:57)
11. Bean Stalking (New York, January 11, 1945) (3:07)
12. Ladies Lullaby (New York, January 11, 1945) (3:04)
13. The Night Ramble (New York, January 11, 1945) (2:26)
14. Leave My Heart Alone (New York, January 11, 1945) (2:37)
15. Hawk's Variations - Part I (New York, January, 1945) (2:21)
16. Hawk's Variations - Part II (New York, January, 1945) (2:21)
17. April In Paris (Los Angeles, February 23, 1945) (2:57)
18. Rifftide (Los Angeles, February 23, 1945) (2:55)
19. Stardust (Los Angeles, February 23, 1945) (3:15)
20. Stuffy (Los Angeles, February 23, 1945) (3:01)


--> CD9 - Bean Soup
01. Hollywood Stampede (Los Angeles, February 23, 1945) (3:10)
02. I'm Through With Love (Los Angeles, February 23, 1945) (3:14)
03. What Is There To Say (Los Angeles, February 23, 1945) (3:09)
04. Wrap Your Troubles In Dreams (Los Angeles, February 23, 1945) (3:07)
05. Too Much Of A Good Thing (Los Angeles, March 9, 1945) (2:54)
06. Bean Soup (Los Angeles, March 9, 1945) (3:04)
07. Someone To Watch Over Me (Los Angeles, March 9, 1945) (2:49)
08. It's The Talk Of The Town (Los Angeles, March 9, 1945) (3:06)
09. Just a Riff (Los Angeles, October, 1945) (3:19)
10. What's Happenin' (Los Angeles, October, 1945) (2:56)
11. Mop De Mop Mop (Los Angeles, October, 1945) (3:12)
12. My Ideal (New York, January 8, 1944) (3:17)
13. Indian Summer (New York, December 4, 1946) (3:13)
14. Phantomesque (New York, June, 1947) (2:56)
15. April In Paris (New York, December 11, 1947) (3:09)
16. How Strange (New York, December 11, 1947) (3:02)
17. Half Step Down Please (New York, December 11, 1947) (3:03)
18. Angel Face (New York, December 11, 1947) (3:13)
19. Jumpin' For Jane (New York, December 11, 1947) (3:09)
20. Picasso (July/August , 1948) (3:13)


--> CD10 - Bean's Talking Again
01. It's Only A Paper Moon (Paris, December 21, 1949) (3:02)
02. Sih - Sah (Paris, December 21, 1949) (3:14)
03. Bean's Talking Again (Paris, December 21, 1949) (3:16)
04. Bah - U - Bah (Paris, December 21, 1949) (3:21)
05. I Surrender Dear (Paris, December 21, 1949) (3:12)
06. Sophisticated Lady (Paris, December 21, 1949) (3:12)
07. (It's No) Sin (New York, October 19, 1951) (2:58)
08. And So To Sleep Again (New York, October 19, 1951) (2:58)
09. Spellbound (New York, January 31, 1952) (3:06)
10. Lost In A Fog (New York, January 31, 1952) (3:07)
11. Carioca (New York, January 31, 1952) (2:28)
12. Midnight Sun (New York, February 26, 1952) (2:56)
13. If I Could Be With You (New York, July 30, 1952) (3:14)
14. I Can't Get Started (New York, July 30, 1952) (2:57)
15. My Blue Heaven (New York, mid 1950) (2:59)
16. Honeysuckle Rose (New York, mid 1950) (3:35)
17. Organ Grinder's Swing (New York, mid 1950) (3:08)
18. Perdido (New York, mid 1950) (4:35)
19. Sweethearts On Parade (New York, mid 1950) (3:41)
20. Ruby (New York, April 27, 1953) (2:27)
21. Song From Moulin Rouge (New York, April 27, 1953) (2:57)






Coleman Hawkins
The Bebop Years
4 cd-box
mp3 @ 320 Kbps










--> CD 1 - Body and Soul

•01. Body and Soul •02. Dinah •03. When Day Is Done •04. Smack •05. I Surrender Dear •06. I Can't Believe That You're In Love With Me •07. Dedication •08. Rocky Comfort •09. One O'Clock Jump •10. 9-20 Special •11. Feedin' The Bean •12. Esquire Bounce •13. My Ideal •14. Voodte •15. How Deep Is The Ocean •16. Hawkins' Barrel House •17. Stumpy •18. Lover Come Back To Me •19. Blues Changes •20. Crazy Rhythm •21. Get Happy •22. The Man I Love








--> CD 2 - Cattin' at Keynote

•01. Sweet Lorraine •02. My Ideal •03. I Only Have Eyes For You •04. 's Wonderful •05. I'm In The Mood For Love •06. Bean At The Met •07. Woody'n You •08. Bu-Dee-Daht •09. Yesterdays •10. Flame Thrower •11. Imagination •12. Night And Day •13. Cattin' At The Keynote •14. Disorder At The Border •15. Feeling Zero •16. Rainbow Mist •17. Blue Moon •18. Father Cooperates •19. Just One More Chance •20. Thru For The Night •21. On The Sunny Side Of The Street •22. Three Little Words







--> CD 3 - Drifting on a Reed

•01. Battle of the saxes •02. Louise •03. Pickup Boys •04. Porgy •05. Uptown Lullaby •06. Salt peanuts •07. Make believe •08. Don't blame me •09. Just one of those things •10. Hallelujah •11. Stompin' at the Savoy •12. On the sunny side of the street •13. All the things you are •14. Every man for himself •15. Look out Jack •16. Under a blanket of blue •17. El salon de Gutbucket •18. Undecided •19. Recollections •20. Drifting on a reed •21. Flyin' Hawk •22. On the bean •23. Hawk's Variations Pt 1&2







--> CD 4 - Picasso

•01. April In Paris •02. Rifftide •03. Stuffy •04. What Is There To Say •05. Wrap Your Troubles In Dreams •06. Bean Soup •07. Its The Talk Of The Town •08. Say It Isn't So •09. I Can't Get Started •10. CockTails For Two •11. Sweet Lorraine •12. Nat Meets June •13. How High The Moon •14. Bean-A Re-Bop •15. Isn't It Romantic •16. The Way You Look Tonight •17. Phantomesque •18. Angel Face •19. Picasso •20. It's Only A Paper Moon •21. Bah-U-Bah








--> Disorder At The Border @ 160
Spotlite 121. September 6-13, 1952.

Coleman Hawkins, tenor sax;
Roy Eldridge, Howard McGhee, trumpet;
Horace Silver, piano;
Curly Russell, bass;
Art Blakey, Connie Kay, drums.







--> Encounters Ben Webster @192 vbr
Recorded on October 16, 1957 at Capitol Studios, Hollywood, California

Coleman Hawkins, Ben Webster (tenor saxophone); Oscar Peterson (piano); Herb Ellis (guitar); Ray Brown (bass); Alvin Stoller (drums).







The Hawk Flies High
Recorded in 1957

Coleman Hawkins - tenor sax; Idrees Sulieman - trumpet; JJ Johnson - trombone; Hank Jones - piano; Barry Galbraith - guitar; Oscar Pettiford - bass; Jo Jones - drums.

--> Mp3 @ 160 (6 pistes)
--> Mp3 @ 320 (En 1 piste)









--> Soul @192
Rudy Van Gelder Studio, Hackensack, NJ, November 7, 1958


Coleman Hawkins: tenor saxophone; Ray Bryant: piano; Kenny Burrell: guitar; Wendall Marshall: bass; Osie Johnson: drums.








--> The High And Mighty Hawk '50 @192
Fevrier 1958

Personnel: Coleman Hawkins (tenor sax), Buck Clayton (trumpet), Hank Jones (piano), Ray Brown (bass) and Mickey Sheen (drums).









--> The Real Thing @192
Prestige 1958

•001 - Soul Blues •015 - I'll Get By •002 - Greensleeves •003 - Until The Real Thing Come Along •004 - I Hadn't Anyone Till You •005 - It's A Blue World •006 - I Want To Be Loved •007 - Red Beans •008 - For You, For Me, For Evermore •009 - While We're Young •010 - Then I'll Be Tired Of You •011 - Mighty Lak'a Rose •012 - At Dawning •013 - Trouble Is a Man •014 - Poor Buterfly








--> Bean Stalkin' @160
Coleman Hawkins and Friends
Live in Zurich, Switzerland, October, 1960

Roy Eldridge (tp -4) Coleman Hawkins (ts) Lou Levy (p) Herb Ellis (g) Max Bennett (b) Gus Johnson (d)









--> Night Hawk @192
Recorded at the Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey on December 30, 1960

Personnel: Coleman Hawkins, Eddie "Lockjaw" Davis (tenor saxophone); Tommy Flanagan (piano); Ron Carter (bass); Gus Johnson (drums).







--> The Hawk Relaxes @320
Recorded at the Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey on February 28, 1961

Personnel: Coleman Hawkins (tenor saxophone); Ronnell Bright (piano); Kenny Burrell (guitar); Ron Carter (bass); Andrew Cyrille (drums).

1. I'll Never Be The Same •2. When The Day Is Done •3. Under A Blanket Of Blue •4. More Than You Know •5. Moonglow •6. Just A Gigolo •7. Speak Low





Desafinado (Jazz/Bossa Nova/Samba)
Recorded on September 12 & 17, 1962. Includes original release liner notes by Dan Morgenstern.

Coleman Hawkins (tenor saxophone); Tommy Flanagan (claves); Barry Galbraith, Howard Collins (guitar); Major Holley (bass); Eddie Locke (drums); Willie Rodriguez (percussion).

--> Mp3 @ 192 (7 pistes)
--> Mp3 @ 320 (En 1 piste)






--> Duke Ellington Meets C. H. @320
Recorded at the Rudy Van Gelder Studios, Englewood Cliffs, New Jersey on August 18, 1962.

Duke Ellington (piano); Coleman Hawkins (tenor sax); Johnny Hodges (alto sax); Harry Carney (baritone sax, bass clarinet); Ray Nance (cornet, violin); Lawrence Brown (trombone); Aaron Bell (bass); Sam Woodyard (drums).

1. Limbo Jazz •2. Mood Indigo •3. Ray Charles' •4. Wanderlust •5. You Dirty Dog •6. Self Portrait (Of The Bean) •7. The Jeep Is Jumpin' •8. The Ricitic •9. Solitude






--> Sonny Meets Hawk @256
Recorded at RCA Victor Studios, New York, New York in February & July 1963. Includes liner notes by Loren Schoenberg.

Sonny Rollins, Coleman Hawkins (tenor saxophone); Don Cherry (trumpet); Paul Bley (piano); Bob Cranshaw, Henry Grimes (bass); Roy McCurdy, Billy Higgins (drums).







--> Passin' it Around @160
Recorded live at the Savoy Ballroom, New York, New York on August 4 & 25, 1940 and at the Metropolitan Opera House, New York, New York on January 13, 1944.

Coleman Hawkins (tenor sax); Nelson Bryant (vocals, trumpet); Ernie Powell (alto sax, clarinet); Jackie Fields, Eustis Moore (alto sax); Kermit Scott (tenor sax); Louis Armstrong, Roy Eldridge, Joe Guy, Tommy Lindsay, Tommy Stevenson (trumpet); William Cato, Claude Jones, Sandy Williams, Jack Teagarden (trombone); Barney Bigard (clarinet); Red Norvo (vibraphone); Art Tatum, Gene Rodgers (piano); Gene Fields, Al Casey (guitar); Oscar Pettiford, Billy Taylor (bass); J.C. Heard, Sid Catlett (drums).





--> Bluesy Burrell-Kenny Burrell with C. H. @320
Rudy Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, NJ, September 14, 1962

Coleman Hawkins (ts -3/7) Tommy Flanagan (p) Kenny Burrell (g) Major Holley (b) Eddie Locke (d) Ray Barretto (cga -1,4,6,7)


1. Tres Palabras •2. No More •3. Guilty •4. Montono Blues •5. I Thought About You •6. Out of This World •7. It's Getting Dark •8. I Never Knew







--> Ken Burns Jazz @320
Recorded between 1926 and 1963

Coleman Hawkins (tenor sax, clarinet); Abbey Lincoln (vocals); Benny Carter, Phil Woods, Johnny Hodges (alto sax); Don Byas, Ben Webster, Sonny Rollins, Charlie Rouse (tenor sax); Roy Eldridge, Dizzy Gillespie, Fats Navarro, Howard McGhee, Booker Little (trumpet); Ray Nance (cornet); Glenn Miller, J.J. Johnson, Julian Priester (trombone); Pee Wee Russell (clarinet); Fletcher Henderson, Teddy Wilson, Hank Jones, Oscar Peterson, Thelonious Monk, Paul Bley, Duke Ellington (piano); Django Reinhardt, Herb Ellis (guitar); John Kirby, Oscar Pettiford, Ray Brown, Jimmy Garrison (bass); Max Roach (drums, percussion); Gene Krupa, Shelly Manne, Cozy Cole, Max Roach, Art Blakey, Jo Jones (drums).




--> The Bean @128



Oscar Peterson, Herb Ellis, Ray Brown, Alvin Stoller, Howard McGhee, Horace Silver, Emmett Berry, Eddie Bert, Hank Jones, Jo Jones, Neal Hefti, Billy Byers








--> C. H. & Lester Young @160


Coleman Hawkins (sax), Lester Young (sax), Irving Ashby (guitare), Denzil Best, Buck Clayton (trompette), Nat King Cole (piano), Billy Hadnott, Kenny Kersey, Howard Mc Ghee (trompette), Johnny Miller, Oscar Moore, Oscar Pettiford (basse), Buddy Rich, Shadow Wilson (batterie)




Un extrait




Tendre voyou

Tendre voyou
1966 - 1hre 35min


▪ Réalisation : Jean Becker
▪ Scénario : Albert Simonin
▪ Dialoguiste : Michel Audiard
▪ Musique : Michel Legrand


Distribution:

Jean-Paul Belmondo : Antoine Maréchal, dit « Tony », aventurier
Mylène Demongeot : Muriel, la maîtresse de Dumonceaux
Philippe Noiret : Monsieur Gabriel Dumonceaux, PDG des Filatures du Nord
Jean-Pierre Marielle : Bob
▪ Nadja Tiller : La baronne Minna von Strasshofer
▪ Robert Morley : Lord Edouard Swift
▪ Stefania Sandrelli : Véronique
▪ Maria Pacôme : Germaine, dite « Mémère »
▪ Geneviève Page : Béatrice Dumonceaux, la femme de Gabriel
▪ Ellen Bahl : Josette, une amie de Béatrice
▪ Micheline Dax : Marjorie, la veuve du Ritz
▪ Michèle Girardon : La jeune fille du Ritz
▪ Paula Dehelly : Mlle Aline
▪ Peter Carsten : Capitaine de Yacht Otto Hanz
▪ Ivan Desny : Le vendeur de Cannes
▪ Marcel Dalio : Le père de Véronique, aventurier des îles
▪ Amarande : Mauricette, la fleuriste
▪ Maurice Auzel : Chauffeur de taxi
▪ Raymond Meunier : Chauffeur de taxi
▪ Jacky Blanchot
▪ Marc Doelnitz
▪ Paul Mercey : Monsieur Ponce, le patron du garage de voitures d'occasions
▪ Pierre Duncan : Le capitaire du cargo
▪ Leroy Haines : Le cuisinier du yacht
▪ Pierre Leproux : Georges, le chauffeur de la veuve
▪ Géraldine Lynton
▪ Jean Ozenne : L'automobilisme
▪ Olga Palinka : Erika
▪ Oja Kodar
▪ André Rouyer : Un turfiste
▪ Georges Tapare
▪ Pierre Tornade : Un client du garage
▪ Elizabeth Teissier
▪ Virginie Vignon : La fleuriste
▪ Douglas Read
▪ Dominique Zardi

Antoine Maréchal - Tony pour ces dames - est irrésistible. Son charme canaille, sa faconde et son dynamisme font des ravages chez la gent féminine. Parfois, il essuie un échec, comme avec cette jeune fille draguée près du Ritz. Mais alors, il lui reste Germaine, une mère pour lui, aux petits soins, toujours prête à dénouer les cordons de sa bourse. Sur un champ de courses, Tony a « levé » une jolie blonde, Muriel, dont l'amant en titre, Gabriel Dumonceaux, est un riche filateur. Se faisant passer pour un expert financier, le « tendre voyou » accompagne Muriel à Megève où villégiaturent Gabriel et sa femme Béatrice. Cette dernière succombe aux attraits de Tony, pourtant aussi piètre skieur qu'il est grand baratineur. Au cours d'une « party » où festoie la bonne société - dont fait partie Lord Edward Swift, industriel à l'affût des bonnes affaires - Tony séduit la baronne Mina von Strasshoffen qui l'embarque, à Cannes, sur son yacht, destination Tahiti. Tony a réussi à faire inviter son copain Bob, un « taxi » qui lui sert de chauffeur et d'homme à tout faire. La traversée n'est pas de tout repos pour le séducteur, car Mina lui impose des cadences sexuelles infernales. Il trouve un peu de repos auprès de la douce Véronique tandis que Bob, se faisant passer pour un voyant, pronostique de juteux placements boursiers à un Edward crédule et bientôt furieux d'avoir été trompé. À Tahiti, Tony séduit un essaim de jolies indigènes. Mais lui qui se croit malin va trouver plus filous que lui : Véronique et son père, faux propriétaires d'un îlot soit disant bourré de manganèse et qu'Edward - conseillé par Tony - a payé une fortune avant de s'apercevoir que c'était un terrain militaire ! Tony et Bob retourneront en France comme soutiers. Dès l'arrivée de Bob à Paris, Marjorie, une veuve richissime se laisse prendre dans ses filets. Mais lorsque, à quatre pattes, elle se met à aboyer en signe de soumission, Tony prend ses jambes à son cou, guéri - pour combien de temps ? - de la fréquentation des femmes.









DvDRiP: Generic MPEG-4 | 672x288 pixels | AC3 78,000 Khz | IPS: 25
Archive: 2 CDs (699,4 & 700,8 Mo) | RAR (14 x 97,7 Mo + 1 x 33)
Liens: --> Dossier RS



jeudi 15 novembre 2007

Albert Camus

Né le 7 novembre 1913 à Mondovi en Algérie, Albert Camus connut la splendeur du soleil sur la mer et la misère d'une famille pauvre dont le père était mort pendant la Grande Guerre. " La misère m'empêcha de croire que tout est bien sous le soleil et dans l'histoire ; le soleil m'apprit que l'histoire n'est pas tout. "
A l'école communale, au CM2, un instituteur, Louis Germain (Le discours de Suède 1957, lors de la remise du prix Nobel de littérature, sera dédié à l'instituteur grâce à qui il put poursuivre des études.), distingue l'enfant, conscient de ses facultés intellectuelles, il le fait travailler bénévolement après les heures de classe, et convainc sa famille de présenter le jeune écolier au concours des bourses qui allait lui permettre d'aller au lycée. Reçu, Camus entre au lycée Bugeaud d'Alger en 1924. C'est un adolescent amoureux de la vie et du sport, excellent nageur, c'est pourtant le football qu'il préfère. Il fut atteint de la tuberculose, maladie qui lui fait brutalement prendre conscience de l'injustice faite à l'homme " la mort est le plus grand scandale de la création " et qui aiguise son appétit de vivre. Étudiant en philosophie sous la direction de son maître et ami Jean Grenier, il dut gagner sa vie en exerçant divers métiers. Après avoir été acteur, il devint journaliste à Alger- Républicain (1938-1940). Il fonde, avec Pascal Pia qui en est l'instigateur, le journal Alger républicain qui aussitôt tranche avec le silence complice des autres quotidiens. Camus fait scandale par ses prises de position contre l'oppression coloniale, contre une tutelle qui maintient dans la misère et l'asservissement le peuple musulman. En 1943, il entra dans la Résistance et fut rédacteur à Combat. Un roman, L'Étranger, et un essai, Le Mythe de Sisyphe ( 1942), lui valurent la gloire à la Libération. Mais l'artiste solidaire de son temps ne renonça pas à défendre la liberté pour cultiver la beauté; aussi mena-t-il de pair la création artistique et l'engagement politique. La guerre d'Algérie assombrit Camus. De part et d'autre, les positions se durcissent, les actes de terrorisme se multiplient, le conflit se généralise. Camus invite les intellectuels à protester à l'O.N.U. Après avoir tenté vainement de faire admettre une " trêve pour les civils ", il publia les Chroniques algériennes (1958). CAMUS, en quelques ouvrages denses, s'est illustré dans presque tous les genres (si l'on excepte la poésie) de l'expression écrite. Ses articles journalistiques, au début de sa carrière, ses romans (L'Etranger, la Peste, La Chute), ses nouvelles (L'Envers et l'Endroit, L'Exil et le Royaume), ses pièces (Caligula, Les Justes), ses adaptations (Requiem pour une nonne, Les Possédés) et ses essais (Le mythe de Sysiphe, L'Homme Révolté) lui ont assuré une célébrité que le temps ne dément pas. La profondeur de vue de l'auteur, la justesse de ses engagements et les questions qu'il soulève au fil de son oeuvre n'en finissent pas de nous interpeller. Certains ne s'y étaient pas trompés : le 17 octobre 1957, CAMUS reçoit, honneur suprême, le prix Nobel de littérature pour "l'ensemble d'une oeuvre qui met en lumière les problèmes se posant de nos jours à la conscience des hommes". Il n'avait que quarante-quatre ans et encore peu de temps à vivre. Il préparait un autre roman à caractère autobiographique, le Premier Homme (posthume, 1994) au moment où il fut tué dans un accident d'automobile le 4 janvier 1960. Lors de sa disparition, à 47 ans, il était mondialement connu et à l'âge où d'autres auteurs arrivent seulement à la célébrité, il laissait derrière lui une des oeuvres les plus importantes de la littérature française du 20ème siècle.

Principaux ouvrages:

▪ Révolte dans les Asturies (1936) Essai de création collective.
▪ L'Envers et l'endroit (1937)
▪ Noces (1939) recueil d'essais et d'impressions
▪ Le Mythe de Sisyphe (1942) essai sur l'absurde
▪ L'Étranger (1942)
▪ Caligula (1944) Pièce en 4 actes.
▪ Le Malentendu (1944) Pièce en 3 actes.
▪ Réflexions sur la Guillotine (1947)
▪ La Peste (1947 ; Prix de la critique en 1948)
▪ L'État de siège (1948) Spectacle en 3 parties.
▪ Lettres à un ami allemand (1948 ; publié sous le pseudonyme de Louis Neuville)
▪ Les Justes (1950) Pièce en 5 actes.
▪ Actuelles I, Chroniques 1944-1948(1950)
▪ L'Homme révolté (1951)
▪ Actuelles II, Chroniques 1948-1953
▪ L'Été (1954) Essai.
▪ La Chute (1956)
▪ L'Exil et le royaume (Gallimard, 1957) nouvelles
▪ Réflexions sur la peine capitale (1957) En collaboration avec Arthur Koestler.
▪ Chroniques algériennes, Actuelles III, 1939-1958 (1958)
▪ Les Possédés (1959) adaptation au théâtre du roman de Fedor Dostoïevski
▪ Carnets I, mai 1935-février 1942 (1962)
▪ Carnets II, janvier 1942-mars 1951 (1964)
▪ La Mort heureuse (1971) Roman
▪ Le Premier Homme (Gallimard, 1994 ; publié par sa fille) roman inachevé




Caligula

Interprété par Albert Camus (1954)
Format : Mp3
Lien: --> MU


Caligula est une pièce de théâtre écrite par Albert Camus, entamée en 1938 (le premier manuscrit date de 1939), et publiée pour la première fois en mai 1944 aux éditions Gallimard. La pièce fera par la suite l'objet de nombreuses retouches. Elle fait partie, avec l'Étranger (roman, 1942) et le Mythe de Sisyphe (essai, 1942) de ce que l'auteur a appelé le « cycle de l'absurde ». Certains critiques perçurent la pièce comme existentialiste, courant philosophique auquel Camus se défendit cependant toujours d'appartenir. Elle met en scène Caligula, empereur romain déchiré par la mort de Drusilla, sa sœur et amante.


La chute

Lu par François BERLAND
Format: Mp3
Lien: --> MU


Dans un bourg d'Amsterdam où se croisent matelos de toutes nations, souteneurs, prostituées et voleurs, un homme que le hasard a mis sur le chemin de l'un de ses compatriotes, se raconte. Qui est-il ? C'est la source de cet admirable monologue, où Jean-Baptiste Clamence retrace le parcours autrefois brillant de son existence. Jusqu'au jour où différents évènements ruinent les derniers vestiges de sa normalité existentielle. Il fuit dans la débauche ce qu'il découvre tous les jours un peu plus. Fuir l'hypocrisie des coeurs, de la charité, de la solidarité, l'hypocrisie du monde, fuir cette existence fausse où le plaisir personnel décide des actes les plus beaux. Il part alors pour la cosmopolite Amsterdam et s'y institue " juge pénitent " pour dénoncer l'ignominie humaine.


L'étranger

Intégral lu par Michael Lonsdale
Durée : 3h30
Format: Mp3
Lien: --> MU


En 1942, quand L'étranger est publié, personne ne connait à Paris l'algérois Albert Camus qui vit alors à Oran. Jean-Paul Sartre et Marcel Arland reconnaissent d'emblée la nouveauté de ce récit que Roland Barthes désignera plus tard comme le prototype du " degré zéro de l'écriture. " L'étonnant personnage de Meursault, ce méditérranéen gouverné par ses sensations et non par ses sentiments, venait de faire son entrée en littérature. Antihéros, il était le pafait représentant d'un monde absurde, étranger dans son propre pays, étranger à la société dont il rejettait toutes les valeurs, étranger à sa vie même au point de pouvoir s'en distancer sinon s'en détacher. C'est cette écriture blanche, dépouillée de toute affectivité, que nous restitue superbement la voix de Michaël Lonsdale, en redonnant à L'étranger toute sa dimension de modernité et sa force de révolte.